[Critique] Au-delà des montagnes

FRIENDSHIP MAY DEPART

              Au dela des montagnes, de son titre original Mountain May Depart, est le onzième long-métrage de Jia Zhang-ke. Il réalise principalement des films sur la Chine actuelle, ce qui lui vaut pendant quelques années une interdiction de tournage et de diffusion de ses films dans son pays. Il obtient en 2013 la palme du scénario au festival de Cannes pour A Touch of Sin. Son treizième film nous présente la vie de trois amis, deux jeunes hommes et une jeune femme de 25 ans, qui vivent à l’aube du 21ème siècle. Les deux jeunes hommes, Jinsheng, patron d’une mine et d’une station service a l’avenir assuré, et Liangzi, employé dans la mine de ce dernier, sont tous deux amoureux de la jeune femme, Shen Tao (Zhao Tao). Le film nous présentera alors leurs vie a différentes époques, jusque dans le futur.

                   Cette oeuvre est originale de part sa construction intéressante : on suit différents personnages, tous liés les uns aux autres, a travers différentes époques : 1999, 2014 et 2025. Cette construction permet entre autre de suivre l’évolution des relations entre les personnages a travers le temps, mais pose aussi quelques problèmes. Comme le personnage principal change 2 fois dans le film, on ne peut pas vraiment s’attacher a ceux-ci, et surtout, a chaque changement, on ne sait pas ce que les autres deviennent, on peut le supposer sans pour autant que cela soit explicité. Le personnage de Liangzi disparaît purement et simplement de l’écran. Le lien entre les personnages est fait en partie par une musique écoutée par les 3 jeunes en 1999, puis transmise au fils de deux d’entre eux par la mère. Cependant, le reste de la bande originale est moindre : une musique triste pour certains passages et Go West de Petshop Boys, sur laquelle les personnages dansent en introduction et fin de film. Malgré de très bonnes idées, ce film peine a procurer des émotions, si ce n’est des sursauts suite a des explosions de pétards.

C.


« Ni temps passé Ni les amours reviennent » – Le Pont Mirabeau, Guillaume Apollinaire

            Sans aucun doute plus légitime prétendant à la Palme d’or 2015 qu’Audiard avec Dheepan, Jia Zhang-ke atteint avec Au-delà des montagnes un sommet esthétique rare. Son film, en trois parties de quinze ans séparées (la première en 1999 et la dernière en 2029), capte chez ses personnages les sentiments de toute une vie. Tao, danseuse trois fois magnifiquement incarnée par Zhao Tao dans une petite ville ouvrière de Chine, est courtisée par deux hommes que tout sépare, Zhang étant entrepreneur et Liangzi mineur.

            C’est une infinité d’émotions, de sentiments que touche Jia Zhang-ke tout au long de cette fresque qui témoigne, invente une histoire de la Chine. C’est autant l’envergure d’une Chine moderne que la particularité des personnages que servent une ampleur narrative hors-norme et un ambitieux montage. C’est plutôt le titre qui interpellera le spectateur. En effet, la présence, l’impassibilité, la durée évoquées des montagnes et des fleuves (le titre original étant « Les vieux amis sont comme la montagne et le fleuve ») contredit les nombreuses mouvances du film, entre ses personnages fuyants, son contexte changeant, son cadre s’élargissant. Mais elle est là la force du film : l’indicible lien qui traverse le temps et l’espace, comme le souvenir d’une vie. Choisir, regretter, oublier… C’est ainsi que l’on pourrait résumer ce film triangulaire. Zhang-ke réussit à capter la mélancolie d’une énergique danse sur l’ironique Go West des Pet Shop Boys. Au-delà des montagnes, c’est un peu tout cela à la fois chorégraphié dans une mise en scène où Jia Zhang-ke, aussi bien que l’aurait fait Akira Kurosawa, n’oublie pas que placer des acteurs dans un cadre raconte parfois bien plus que tout effet. C’est ainsi que Zhang-ke nous saisit lors de scènes parmi les plus émouvantes de l’année, dont une qui n’est pas sans rappeler un autre chef d’œuvre de 2015 : Mia Madre.

J.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s