[Dossier] Mr Robot

F*** Society

Créée et produite en 2015 par Sam Esmail, et récompensée la même année du titre de “Best Drama Show” aux Golden Globes, et une pléthore d’autres prix pour les performances d’acteurs, Mr Robot est considérée comme une des meilleures séries de 2015 (en compétition avec la saison 2 de The Leftovers dans la plupart des cérémonies américaines), bien qu’elle ne soit pas si “grand public” qu’elle ne le semble. La série est un Thriller Psychologique racontant l’histoire d’Eliott Alderson (Rami Malek), jeune ingénieur en informatique à caractère sociopathe de jour, et hacker justicier de nuit. Il est un jour approché par Mr Robot (Christian Slater) et son groupe d’hacktivistes FSociety, dans le but de faire tomber le conglomérat le plus puissant au monde, E Corp., et ainsi amener au “plus grand accident de redistribution des richesses au monde”. Eliott va donc devoir gérer le projet de FSociety, dont il est la pierre angulaire, ainsi que ses propres névroses …

Tout d’abord quelques informations sur Sam Esmail. Il est le créateur et le showrunner de la série. Il a participé au scénario de quelques films, notamment un film d’horreur américain, The Mockingbird, avant de produire son premier long métrage, Comet, en 2014, pas encore sorti en France. Il possède en plus de cela un scénario présent sur la liste du sondage annuel Black List, un sondage recensant les scénarios les plus appréciés du public mais pas encore réalisé. Le script de Sequels, Remakes & Adaptations y figure depuis 2008. Pour créer la série Mr Robot, Esmail parle de certaines de ses influences. Ainsi, la narration par le personnage principal serait empruntée a Taxi Driver de Martin Scorsese, et le trouble dissociatif de l’identité d’Eliott semble avoir été inspiré à Esmail par le narrateur de Fight Club, Edward Norton.

Mr Robot Wallpaper

Le premier point positif de Mr Robot est son personnage principal, Eliott Alderson. La première information que nous apprenons sur lui est que nous sommes dans sa tête, qu’il nous a créé. Cela présente d’emblée Eliott comme un personnage intelligent mais complexe, ce qu’il est sans aucune contestation possible. La liste des troubles psychologiques de ce dernier ne s’arrête pas la; il est sociopathe a un très haut degré, et a du mal avec le contact physique, il est paranoïaque, il pense être suivi par des hommes en noir, et est un utilisateur régulier de morphine, et est sujet à des crises d’angoisse. La cause de tous ces troubles semble être à première vue la perte de son père, annoncée dans les premières minutes du pilote.

Vient ensuite le scénario, concentré sur deux points principaux, le projet de FSociety, enjeu majeur dans la vie d’Eliott, mais s’attarde beaucoup sur ce dernier, les relations qu’il entretien avec les autres personnages, et avec le spectateur, qui est dans sa tête. Un bon exemple d’application de ce point de scénario : quand Eliott présente E Corp, il nous dit que dans sa tête, il ne peut s’empêcher de penser et voir “Evil Corp” à la place, et c’est aussi que tout au long de la série, tous les personnages parleront d’Evil Corp, comme toutes les indications visuelles et les logos représentés. Mais, en plus d’être prenant, le scénario possède une autre dimension qu’on ne remarque qu’en ayant vu la série complète; le scénario, les dialogues sont remplis d’indices qui se réfèrent au dénouement de la série, sans pour autant être perceptible au premier visionnage.

Enfin, à l’image, Mr Robot est magnifique. La photographie est surtout constituée de couleurs sombres, pour coller au thème et a l’ambiance de la série. La réalisation est soignée et comporte des idées peu communes, donnant une originalité à la série. Par exemple, les premiers et derniers plans, se passant dans le même lieu sont particulièrement bien mis en scène; l’action se passe dans un bureau en haut d’un immeuble muni d’une baie vitrée, des hommes débattent, ils sont a contre-jour, donc on ne distingue pas leurs traits, et la mise au point est faite sur l’arrière-plan, les bâtiments en face du bureau, au loin … Ce plan, en plus d’être très original et assez spectaculaire, car c’est un des premiers plans de l’épisode, présente de manière juste Evil Corp : on sait qu’il sont puissants mais en tant que conglomérat, donc on ne les détailles pas, ils forment un tout. Cette réalisation se retrouve aussi sur l’ensemble de la série avec des plans assez larges, avec la tête ou le corps des personnages principaux dans un coin, laissant exposer les arrières plans de NYC.

Pour renforcer l’ambiance, la musique, quasiment entièrement électronique, est parfaitement adaptée a l’image, elle est sombre et monte en intensité aux moments décisifs.

Mr Robot est indéniablement une des surprises de cet été et une des meilleures séries de 2015. Elle ne compte pas moins de 8 récompenses (d’après le site www.imdb.com) comme meilleure série de l’année et comme récompense pour les performances des acteurs. Et si vous avez encore un doute en lisant ces lignes, laissez lui sa chance et forgez vous votre propre opinion.

C.

mr robot end news

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s